Entrevue avec Kelley Armstrong

le : dimanche 19 juin 2011

Kelley Armstrong devait nous accorder une interview (commune entre ABFA et V&S comme pour celle de Patricia Briggs) lors du Bit-Lit Tour 2011 qui a eu lieu en mars chez Bragelonne, mais son état de fatigue après cette tournée épuisante ne nous a pas permis de la réaliser.

Qu'a cela ne tienne, Kelley est repartie avec nos questions sous le bras et nous a répondu par mail ! C'est toujours mieux que rien et nous la remercions du temps qu'elle a pris pour nous répondre.

Merci également à Leslie Palant, l'attachée de presse de Bragelonne, qui a organisé tout ça et sans qui cette interview n'aurait pas eu lieu.

Voici donc l'interview de Kelley dont les questions sont signés Tan et Exécutrice.

Note de la rédaction :
Note des internautes :

Compte rendu de l'interview

Kelley Armstrong et Exécutrice au Bit-Lit Tour 2011 chez BragelonneVotre héroïne se transforme en animal et donne au lecteur un aperçu de ce qu'elle ressent sous cette forme. De quoi vous êtes vous inspiré pour cela ? Avez-vous des animaux ? Lu des livres sur le comportement animal ?

KA : Je trouve facile de m’imaginer à la place d’une autre personne. Lorsque j’étais enfant et que je rêvais éveillée, j’imaginais des personnages alors que les autres enfants se voyaient sûrement dans de grandes aventures, c’est sûrement parce que j’ai écris des fictions toute ma vie. Pour les loups-garous, je prends ce que je sais à propos des loups et des canidés, et j’imagine ce que ça serait d’être à moitié loup et à moitié humain. Pas seulement d’être capable de changer de forme, mais aussi de vivre comme un loup.

 

Pourquoi avez-vous choisi de changer de personnage a chaque tome ou presque ? Laquelle vous donne le plus de fil à retordre lors de l'écriture ?

KA : C’est une chose qui a été décidée dès le moment où mon éditeur m’a demandé une série. J’en ai parlé avec mon agent et je lui ai expliqué que je ne voulais pas faire une série sans fin avec les mêmes personnages que Morsure. Je les aime, mais au bout de quelques livres je serais devenue répétitive. Donc nous avons trouvé cette idée d’un monde surnaturel plus large et j’ai créé dans Capture des personnages que je pouvais utiliser dans les « spin off » comme narrateurs. Les lecteurs sont partagés à ce sujet mais je pense qu’ils doivent préférer avoir un roman original et « frais » avec un nouveau narrateur plutôt que toujours la même histoire avec un personnage qu’ils suivent depuis dix tomes.

En ce qui concerne les personnages, ce sont les vampires qui sont la « race » la plus difficile pour moi. Ils ont été si souvent exploités et si bien exploités que c’est compliqué d’apporter quelque chose de nouveau au genre.

 

Kelley Armstrong et Patricia Briggs au Bit-Lit Tour 2011 chez BragelonneQuelle a été votre inspiration pour le monde des esprits dans lequel Eve Levin évolue ?

KA : En fait ce n’était qu’une excuse pour faire un livre avec un personnage qui était mort avant qu’on ait eu la chance de la rencontrer J Dans Capture nous rencontrons Savannah, et sa mère Eve est déjà morte. Mais il y a tellement d’histoires secondaires à son sujet dans les trois livres qui ont suivi que je voulais vraiment lui donner une histoire. Heureusement, dans un monde surnaturel, être mort ne l’empêche pas !

 

Toujours à propos de Hantise, j’ai eu le sentiment que ce livre était beaucoup plus violent que les 4 précédents. La série va-t-elle devenir plus violente ou est-ce du à Eve ?

 

KA : C’est à cause d’Eve. C’est mon personnage le plus dur et elle a un passé tellement dur et violent que ça ressurgit sur l’histoire. L’histoire est toujours à la mesure des personnages.

 

Qu’est ce qui vous a donné envie d’écrire une série YA ? Aviez-vous besoin de faire une pause dans WOT ou bien de traiter des sujets différents ?

J’ai eu une idée pendant l’écriture de Capture, mais c’était à propos des créatures surnaturelles qui découvraient leur pouvoirs, moment qui arrive à la puberté dans mon univers ; ce qui n’aurait pas marché pour une série adulte. J’avais donc gardé cette idée de coté et lorsque j’ai commencé à recevoir un nombre incalculable de mails venant de lecteurs que je considérais comme trop jeunes pour lire mes livres. Alors j’ai décidé de tenter le coup avec mon idée YA.

 

Kelley Armstrong et les macarons à l'effigie de Cloé Saunders au Bit-Lit Tour 2011 chez BragelonnePour pouvoirs obscurs, vous dites avoir saoulé votre fille avec vos questions sur l’adolescence etc. a-t-il été plus difficile d’écrire une histoire mettant en scène des jeunes que des adultes ?

KA : Bien que je couvre une grande fourchette d’âges avec les narrateurs de la série adulte, les adolescents sont très différents. Bien sûr il y a le langage, il faut que les personnages sonnent plus jeunes. Mais le plus gros problème, eh bien se sont les problèmes ! Lorsque j’écris à propos d’adultes, qu’ils aient 25 ou 45 ans, ils doivent faire face à des problèmes similaires (travail, finances, vie de couple, les enfants …). Les ados en revanche sont à un autre moment de leur vie et les personnages doivent refléter ça. Ils ont également un éventail de moyen limité pour régler leurs problèmes. Si un adulte prend la fuite, il peut vider son compte en banque, trouver de faux papiers, prendre un avion, louer une planque etc … Un jeune de quinze ans ne peut pas faire ça. Donc j’ai eu besoin de travailler un peu plus dur sur les personnages ados et ma fille m’a beaucoup aidé là-dessus.

 

Est-ce que toutes les nouvelles que vous fournissez gratuitement sur le site ne vous demande pas énormément de travail en plus finalement ? Vous viennent-elles à l'esprit pendant l'écriture d'un tome ou entre deux ?

KA : Lorsque j’ai lancé mon site internet en 2003, on m’a conseillé de trouver un moyen de faire revenir les lecteurs entre les livres. Une de ces idées fut d’écrire ces nouvelles et de les mettre en ligne. Ça a marché bien plus que je ne l’espérais mais après cinq ans de travail dessus j’ai décidé qu’il y avait assez de contenu en ligne pour la série adulte. Mais comme j’ai adoré les faire, j’ai décidé de faire la même chose pour la série YA. C’est quelque chose que je peux offrir au lecteur en remerciement et ça me donne l’occasion de faire une coupure entre l’écriture des livres.

 

Kelley Armstrong et Ianto Jones au Bit-Lit Tour 2011 chez BragelonneVous écrivez tous vos romans à la 1ere personne, c’est le personnage qui s’exprime. Pourquoi avoir choisi cette narration à la 1ere personne plutôt que la 3e personne qui est plus classique et permet de voir plus de choses de l’action ?

KA : C’était plus une décision naturelle qu’un choix délibéré. Avec les romans j’ai d’abord écrit à la première personne parce que c’est ce qui m’est venu le plus facilement. Avec mon 9e livre (Living with the Dead) en revanche, j’ai temporairement basculé à la 3e personne pour les besoins de l’intrigue. Ce fut un livre plus rapide à écrire que les autres, car raconter l’histoire de différents points du vue impliquait que j’avais moins besoin de l'ntrigue globale.

Le lecteur voyait se dérouler des choses qui auraient dû être résumées dans une narration à la première personne puisque le personnage principal n’y était pas présent. Mais bien que j’ai adoré ça et que j’ai pu voir les avantages de la narration à la 3e personne, ce fut le moins populaire de mes livres car mes lecteurs préfèrent la 1er personne.

 

Vous n'avez jamais été tentée d'utiliser votre formation en informatique pour écrire un thriller scientifique ?

KA : Non. Ma formation est principalement en programmation, ce qui ferait un livre très ennuyeux ! En revanche j’ai utilisé ça pour donner un boulot à Paige Winterbourne qui est programmeuse.

 

Avez-vous une bible des personnages pour pouvoir suivre leur évolution à travers les livres ?

KA : Oui j’en ai une qui m’aide à garder le fil, ou qui essaye en tout cas car les erreurs arrivent quand même. J’ai également une équipe de bêta-lecteurs qui m’aident à traquer les incohérences.

 

Kelley Armstrong et Patricia Briggs au Bit-Lit Tour 2011 chez BragelonneVous avez signé plusieurs contrats (notamment pour 2 trilogies suivant les pouvoirs obscurs) et pour un 13ème tome des femmes de l'Autremonde ? Dans combien d'année pensez-vous pouvoir souffler un peu ?

KA : L’idée de ne pas écrire ne correspond pas du tout à l’idée que je me fais du repos. Très honnêtement ça ressemblerait plutôt à une punition. Je ne serais pas contre une pause de temps en temps dans ce qui est la partie du boulot ou je n’écris pas, mais j’aime écrire. Si j’avais un but, ce ne serait pas de gagner assez d’argent pour faire une pause, mais de gagner assez d’argent pour embaucher des gens pour tout faire à ma place, sauf écrire et la partie édition du livre.

 

La question fun pour la fin. Je sais que vous êtes une fan d'X-Files. Êtes vous plutôt Mulder ou Scully ? Êtes-vous 100% rationnelle ou laissez-vous votre imagination vous dire qu'il y a touche de surnaturel dans ce monde ? (en anglais la question était « Are you 100% rational or do you want to believe?”)

KA : Sans hésiter plutôt une Scully. Je pense que c’est à cause de ma formation scientifique. Je dirais plutôt que je suis plutôt une Scully du milieu de la série. J’ai envie de croire … mais j’ai besoin de preuves solides avant de le pouvoir.

manille Le lundi 20 juin 2011 à 19:37
Merci à toutes celles qui ont permit à cette interview de se faire

Ajouter un commentaire