Bienvenue en enfer

Titre original : Morganville Vampire
Auteur : Rachel Caine
Saga : Vampire City
Rang dans la saga : N° 1
Editeur : Hachette
Date de parution : mercredi 6 octobre 2010
Public : 15 ans et plus
Genre : Young Adult
Note de la rédaction :
Note des internautes :

4° de couverture

Claire est le souffre-douleur de la reine de la fac de Morganville. Pour fuir le campus universitaire, elle s'installe dans une étrange maison déjà habitée par Eve la gothique, Shane le dur au coeur tendre, et Michael le musicien noctambule. Grâce à eux, elle découvre que les vampires règnent sur Morganville. Entre amitié et amour, les quatre colocataires vont devoir unir leurs forces pour lutter contre la menace grandissante...

Notre avis

Avis d'Elaura 5/5

 

C'est le 6 octobre prochain que vous pourrez découvrir la nouvelle série vampirique de chez Black Moon Vampire City. Plus connue outre-atlantique sous le nom de Morganville Vampire, la saga de Rachel Cain débarque enfin en France et va remuer le petit univers tranquille et presque pantouflard de la littérature jeunesse fantastique.
Oui, encore une histoire de vampires me direz-vous … mais celle-ci sort enfin de la torpeur guimauve et un peu trop sucrée des dernières séries du genre.

Ici pas de romance dégoulinant de bons sentiments, les vampires y sont réellement les méchants. A Morganville, les règles ne sont pas les même que partout ailleurs dans le pays. Ce petit coin du Texas où l'ambiance post-apocalyptique vous glace d'effroi est dirigé d'une main de fer par une communauté de vampires depuis des générations. Les humains, réserve de gibier potentiel, sont bien sûr tolérés mais surtout dominés par les prédateurs et gare à ceux qui n'ont pas de protecteurs … A Morganville, au crépuscule, les gens se pressent sur les trottoirs, tête basse, pour regagner leurs maisons avant la tombée de la nuit. Les magasins ferment tôt, les lieux de culte ont été prohibés, les croix sont interdites et le couvre-feu annonce le glas des pauvres hères qui se seraient un peu trop attardés dehors. Quand Claire, jeune étudiante de 16 ans, débarque à l'université du coin, elle ne se doute pas encore de l'enfer qui se prépare et surtout, qu'elle ne pourra plus quitter cette étrange petite ville.

Quel bonheur de retrouver l'ambiance survoltée et inquiétante des romans fantastiques où l'humain doit se débrouiller pour survivre et lutter pour sa liberté ! Où les vilains ont des crocs et attendent, tapis dans l'ombre, le bon moment pour vous sauter à la gorge. Réutilisant avec maestria les codes classiques du roman vampirique, Rachel Cain nous offre un livre au suspense haletant, sans temps mort. La narration à la troisième personne apporte une touche singulière supplémentaire, même si celle-ci est principalement axée sur le personnage de Claire. Les protagonistes sont très attachants et tous, à leur manière, participent au plaisir que nous avons à lire cette aventure palpitante.
Mais surtout la satisfaction de retrouver cette peur viscérale du vampire qui se nourrit de sang humain et qui ne peut devenir une espèce gentille au cœur tendre. Il y a du Fright Night (Vampire, vous avez dit Vampire ?) de Tom Holland dans ce récit et du John Carpenter's Vampires (Vampires en VF). M'est avis que la suite me donnera raison sur ce dernier point …

Vampire City est une série à suivre avec intérêt qui renouvelle le genre avec talent. Le style simple et brut de décoffrage de l'auteur rajoute au sentiment d'urgence que nous avons à la lecture et la suite promet d'être passionnante.
A dévorer littéralement !

 

L'avis de Chani 4/5

Encore du YA ? Encore une histoire avec des ados qui vont se balader dans un lycée et faire leur apprentissage du surnaturel ?? Oui oui, je vous entends déjà souffler devant votre PC, vous disant que décidément, en ce moment je multiplie les lectures du genre. Eh bien détrompez-vous, « Morganville vampires » (Vampire City en VF) renouvelle le genre et sort complètement de ce que nous avons l’habitude de croiser.

 

Claire Danvers, petit génie de 16 ans (presque 17, elle insiste sur ce point) part étudier à la fac de Morganville, en attendant de pouvoir intégrer Caltech ou M.I.T. Trop intelligente et trop vulnérable, elle est rapidement prise en grippe par Monica, une élève aussi stupide que méchante, mais hélas qui règne en tyran sur les lieux. Les humiliations et brimades se succèdent (la cruauté de Monica est sans limite, j’ai eu mal pour la pauvre Claire), au point que la jeune fille cherche à quitter le campus pour une location à l’extérieur. Elle va trouver une colocation dans la maison de Michael Glass, manoir où il réside en compagnie d’Eve, jeune fille au look gothique qui travaille au Starbucks, et de Shane, en éternelle recherche non-active d’emploi. En leur compagnie, elle va apprendre que Morganville n’est pas une ville comme les autres, qu’elle est en réalité sous le contrôle des vampires et qu’il vaut mieux ne pas sortir à la nuit tombée sans protection.

 

Exit les gentils vampires romantiques courtisant les jolies étudiantes en difficulté, on se trouve ici face à de redoutables prédateurs qui ont réduit les humains en quasi-esclavage, et pour qui un de plus ou de moins n’est qu’un détail. Pour survivre, il vaut mieux avoir un protecteur, s’acquitter consciencieusement de son don de sang mensuel, fermer les yeux et courber l’échine…

Et pour le lecteur, quel plaisir d’être immergé dans cette ambiance ! Rachel Caine nous dévoile petit à petit les secrets de la ville et de ses habitants, le danger y est omniprésent, et une fois la lecture commencée il est impossible de lâcher le livre. L’ambiance lourde et mystérieuse de cette étrange cité enveloppe littéralement le lecteur, l’immergeant dans cette singulière histoire, jusqu’au dénouement final qui me fait dire que nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

 

L'avis de Zaza:

Il s’agit de l’histoire d’une jeune fille précoce, Claire, qui intègre l’université à 16 ans. Suite à quelques déboires dans sa cité universitaire, elle décide de quitter le campus pour aller vivre en collocation avec trois autres personnages, beaucoup plus sympathiques. Elle va rapidement et malheureusement se rendre compte que ses problèmes sont loin d’être finis puisqu’elle a atterri dans une ville gouvernée par les vampires.

Si la crédibilité n’est pas votre fer de lance, alors vous serez conquis par cette histoire. Il y a de l’action, de l’amitié, de l’amour et des mystères. Les personnages ont chacun une histoire intéressante et bien construite qui les rend particulièrement attachants. 

En revanche, si vous attachez, comme moi, de l’importance à la crédibilité des histoires, alors vous risquez d’être déçus par ce livre. Déjà, la couverture n’aide pas du tout à affermir le récit et, surtout, de trop nombreux points restent sans réponses. Certains mystères ne sont évidemment pas éclaircis volontairement pour laisser la place à des suites pour ce roman, mais malgré cela, le récit ne m’a pas convaincue.

Pour commencer, je n’ai pas compris pourquoi l’héroïne atterrissait dans cette université. C’est une jeune fille étonnamment douée, surtout pour son âge, acceptée dans les meilleures universités des États-Unis (qui soit dit en passant accordent souvent des bourses d’études dans ce genre de situation) et pourtant ses parents décident, pour ne pas trop l’éloigner d’eux, de l’envoyer à Morganville… à plus de 100 km de chez eux. Elle devra donc y vivre toute seule. Où était le problème alors ???

Par ailleurs, je ne comprends pas la méchanceté gratuite, la cruauté dont fait preuve Monica. Même si la ville est aux mains des vampires, comment les êtres humains ou les vampires peuvent-ils laisser les choses aller aussi loin ? Ne souhaitent-ils pas un peu de discrétion ?

Bien d’autres détails me semblent obscurs mais je ne peux tous les aborder sans trop dévoiler l’intrigue ou les personnages.

J’ai quand même apprécié certaines choses dans ce livre, comme l’organisation hiérarchique des vampires, les pouvoirs de la maison et, surtout, le système des bracelets de protection.

Finalement, c’est la plume de Rachel Caine qui m’a le plus séduite. Malgré les quelques lacunes de ce livre, elle a réussi à me donner envie de tourner les pages au point de le dévorer en une journée.

Je ne lirai peut-être pas la suite, mais je suis tout de même contente d’avoir lu ce premier tome. Et si je changeais d’avis ? On verra bien…

pauline Le vendredi 26 novembre 2010 à 14:57
j'ai adoré tout simplement !

Ajouter un commentaire