Chat blanc

Titre original : The white cat
Auteur : Holly Black
Saga : Les Faucheurs
Rang dans la saga : N° 1
Editeur : Fleuve Noir
Date de parution : jeudi 7 avril 2011
Public : 15 ans et plus
Genre : Young Adult
Note de la rédaction :
Note des internautes :

4° de couverture

A 17 ans, Cassel est le seul de sa famille à ne pas posséder de pouvoir : son grand-père tue par simple contact, sa mère manipule les émotions (et purge une peine de prison pour escroquerie), son frère Barron trafique la mémoire et l'aîné, Philip, peut briser les os d'une simple pensée. Cassel est hanté par le souvenir du meurtre de son amie d'enfance Lila, fille du chef du clan Zacharov, autre grande famille de magiciens, appelés les Faucheurs et interdits par la loi. Mais Cassel va surprendre de troublantes conversations de famille suggérant que sa mémoire a été altérée. Puis il découvre que Lila est toujours vivante, sous la forme... d'un chat blanc.

Notre avis

Cassel, 17 ans, se retrouve sur le toit de l’internat où il vit en pleine nuit. Crise de somnambulisme, tentative de suicide ? En attendant de faire la lumière sur cet évènement, le jeune homme repart avec son frère, le directeur de l’institution ne permettant sa réintégration qu’après avis médical écartant tout danger.

Nous allons donc faire la connaissance de Cassel, seul de sa famille à ne pas être un faucheur (comprenez à ne pas avoir de pouvoirs magiques en gros). Sa seule particularité étant d’avoir tué sa meilleure amie à l’âge de 14 ans (ah oui, je vous l’accorde, avoir des pouvoirs aurait été une meilleure chose pour son épanouissement personnel).

Cette retraite imposée au sein de sa famille va être l’occasion pour le jeune homme de mieux en cerner les membres et leur rôle au sein de la pègre locale, et de faire d’importantes découvertes sur lui-même.

 

Holly Black propose une nouvelle fois un livre sombre avec des thèmes pour le moins originaux pour un livre destiné à un public YA. Mort, mensonges, folie, mafia, prison, rien n’est épargné au pauvre Cassel dans sa famille totalement dysfonctionnelle. L’ambiance est pesante, impression renforcée par un rythme très lent, parti pris de l’auteur pour engluer, sans qu’il ait le choix, le lecteur dans son univers. Je reconnais que pour certains cette particularité sera rédhibitoire, mais je suis très cliente de ce type de livre où l’ambiance (quand c’est bien fait) a autant d’importance que l’intrigue en elle-même.

Les évènements se mettent doucement en place, les responsabilités apparaissent au fur et à mesure et le piège va irrémédiablement se refermer. Sur qui, comment et pourquoi, je vous laisse le découvrir en parcourant Chat blanc, roman atypique, envoutant et surprenant.

Eien Le vendredi 15 juillet 2011 à 20:55
Je plussoie ! J'ai adoré ce livre ! En fait, plus que l'intrigue, c'est l'ambiance qui m'a plongée dedans. On voit rarement de telles familles dans la littérature YA (en générale, à part une brebis galeuse, tout le monde est beau et gentil). Or les proches de Cassel sont totalement dérangés. Le danger vient de l'intérieur ! Le malaise qu'on ressent continuellement pour Cassel nous pousse à finir ce livre afin de savoir comment il va s'en sortir. J'espère que le tome suivant sera tout aussi relevé, et vu tout ce qu'à subi le héros, ce ne sera pas triste.

Ajouter un commentaire