Entremonde

Titre original : InterWorld
Auteur : Neil Gaiman
Editeur : Au Diable Vauvert
Date de parution : jeudi 28 octobre 2010
Genre : Jeunesse
Note de la rédaction :
Note des internautes :

4° de couverture

Lors d'une course d'orientation, Joey, un lycéen ordinaire, découvre qu'il a le pouvoir de voyager dans des univers parallèles. Ce qui n'est pas sans poser certains problèmes, car il se retrouve dans un Entremonde composé de trois millions de planètes, au beau milieu d'une guerre entre Empire des sciences et Royaume de la magie. Pire ! il y est chargé, avec une armée composée de ses doubles de dimensions différentes, de préserver l'étanchéité paisible qui règne entre les mondes...

Notre avis

L'avis de Siana :

A l’origine, Entremonde était un projet de série télévisée imaginé par Neil Gaiman et Micheal Reaves. N’ayant pas récolté le succès escompté, il a longtemps dormi dans un tiroir, selon la formule de ses auteurs, jusqu’à ce que ces derniers se décident à le remanier pour en faire un roman.
Celui-ci est écrit à quatre mains et donc peu représentatif du style de Gaiman, même si ses lecteurs y retrouveront quelques pointes d’humour et idées récurrentes typiques. Ça reste bien écrit, mais disons que le fait que la matière du récit provienne d’un projet de série se sent. Ce n’est pas non plus une mauvaise chose. Le boulot ayant été bien fait, on a les avantages sans les inconvénients, à savoir que le rythme est vif, l’action trépidante, mais que la psychologie des personnages n’a pas été oubliée pour autant. L’équilibre se fait et vous n’aurez pas l’impression de lire un scénario qu’on aurait étoffé.
Entremonde, c’est du pur divertissement à la croisée des genres, entre magie et science, entre fantasy et SF, et franchement, l’idée en elle-même est tout simplement brillante.
Tout commence avec Joey, notre narrateur, un jeune ado sympathique mais qui a un sérieux souci : il se perd tout le temps, même dans sa propre maison… Alors quand un de ses professeurs a l’étrange idée de lâcher ses élèves au hasard dans la ville, munis d’un simple plan, pour une folle course d’orientation, notre Joey est sérieusement mal barré…
De fait, il se perd, ce qui était couru d’avance, mais au lieu de simplement s’égarer dans les rues, c’est entre les mondes qu’il perd son chemin. C’est ainsi, bien malgré lui, qu’il découvre qu’il est un Marcheur et qu’il se trouve embringué dans une guerre terrible entre mages et scientifiques.
Notre planète fait en effet partie d’un vaste réseau qu’on appelle l’altivers. Tous ces mondes sont semblables, du moins en théorie, ce sont des répliques les uns des autres, mais à des degrés d’évolution différents. Il y en a qui sont encore au stade préhistorique, d’autres très avancés scientifiquement, certains par contre sont gouvernés par une magie ancienne… Et le nôtre, en quelque sorte, est un peu à mi-chemin de l’arc que forme cet altivers, parmi les mondes encore insoumis que se disputent les deux empires.
Vous avez l’impression que je vous ai dévoilé une bonne partie de l’intrigue ? Vous n’imaginez pas à quel point vous vous trompez…
Qui sont les Marcheurs ? Que veulent ces deux empires opposés qui les pourchassent sans relâche ? Que va-t-il arriver à ce pauvre Joey ?
Vous saurez cela et plus encore en lisant Entremonde et je vous promets que vous ne vous ennuierez pas un seul instant.
Le récit, en bon héritier de la série télé qu’il devait promouvoir, enchaîne péripétie sur péripétie, dans une sorte de mouvement perpétuel. C’est très prenant et les personnages principaux, bien qu’ayant beaucoup en commun, comme vous pourrez le voir, sont tout de même assez différents pour plaire et attirer chacun l’attention. Alors, il y a certes quelques passages explicatifs dont les théories plus ou moins scientifiques pourront déstabiliser certains lecteurs, voire leur paraître longuets, mais en regard de l’action pure que constitue le reste du roman, ça n’alourdit que peu l’intrigue.
Entremonde est un roman pour ado, mais il pourra sans problème être apprécié par de plus jeunes ou de plus vieux lecteurs.

Siana Le mercredi 18 janvier 2012 à 4:37
Il n'y a effectivement aucune commune mesure avec d'autres ouvrages de Gaiman et j'avais été aussi un peu désappointée au début. J'ai relativisé ensuite, mais il est clair que si on s'attend à retrouver du 100% Gaiman, on sera forcément déçu.

Vladkergan Le samedi 14 janvier 2012 à 4:37
J'ai beau être un très grand fan de Gaiman, qu'il s'agisse de ses romans, de ses scénarios de comics (Sandman est une série quasi intouchable pour sa plume), de ses nouvelles ou de ses scénarios de films (MirrorMask notamment), ce roman jeunesse ne valait pas franchement le coup d'être édité. Ce n'est pas foncièrement mauvais, c'est juste incomplet, et son statut de scénario TV à peine remanié pour le passage au format roman n'aide en rien à crédibiliser la chose. Les personnages sont peu attachant, la trame manque de cohésion, bref c'est sans doute la plus grosse déception concernant cet auteur. Je crois que je vais plutôt relire American Gods, tiens.

Ajouter un commentaire