Le Syndrome de la Malemort

Saga : Octavie d'Urville
Rang dans la saga : N° 2
Editeur : Éditions du chat noir
Date de parution : samedi 14 avril 2018
Public : Adultes
Genre : Urban Fantasy
Note de la rédaction :

4° de couverture

« Parfois, croiser les doigts, c’est utile. Du moins, c’est ce qu’on dit et Octavie applique cette thérapie avec détermination. Seulement, voilà, les ennuis continuent de s’enchaîner. Et pas un ou deux, non ! Des bataillons entiers qui s’approchent en rangs serrés. Oui, parce que sinon, ça serait trop facile. Les Supranaturels londoniens meurent comme des mouches, victimes d’un étrange syndrome. Et comme si ça ne suffisait pas, Arthur de Strangewell, l’archivampire ressuscité par Swann, adopte un comportement aberrant. Difficile à vivre quand on sait qu’il représente le principal espoir contre la menace des extrémistes humains.

Heureusement, tout n’est pas négatif. Octavie s’apprête à fêter son anniversaire. Même avec des mois de retard, c’est une bonne occasion d’oublier le désastre de sa vie. Reste un dernier point noir : James, le charmant et mystérieux rouquin dont elle est amoureuse, va-t-il répondre à son invitation ? »

Notre avis

Avis de Littlewolf

Dans le tome précédent, Octavie et ses amis étaient parvenus à ressusciter le baron Arthur de Strangewell, grand-oncle de Swann. Mais cette bonne nouvelle est gâchée par le comportement anormal du baron et l’avènement d’une mystérieuse maladie mortelle au sein de la population surnaturelle de Londres.

Comme toujours, Octavie passe son temps à fourrer son nez où elle ne devrait pas, elle est curieuse et ne se soucie pas du danger avant de se trouver en mauvaise posture. En commençant ma lecture, j’avais peur de me lasser du comportement irresponsable et parfois fort égoïste d’Octavie. Mais même si elle peut être agaçante par moments, ses répliques me font toujours sourire et j’aime bien son humour. Quant à sa relation avec James, pas de surprise pour moi de ce côté-là, c’était assez prévisible mais ils sont mignons comme tout.

L’univers imaginé par l’auteure est toujours aussi loufoque. Que ce soit au niveau de l’intrigue avec le comportement d’Arthur et les actions des extrémistes ou des créatures qui peuplent Londres, du makarpatton (sorte de métamorphe envoyant des ondes positives) au griffon en passant par le cyborg. C’est décalé et frais malgré les drames et les morts qui frappent les protagonistes.

Ce que j’aime surtout dans cette série, ce sont les personnages dont on se sent proche et dans lesquels on se reconnaît parfois. Ce sont eux qui font tout le sel du roman et, même si l’extravagance de certains à tendance à m’ennuyer, ils sont la raison qui me donne envie de lire le dernier tome de cette trilogie. Et puis je suis quand même curieuse de comprendre les mystérieuses motivations des extrémistes. En bref, un deuxième tome dans la directe lignée du premier qui vous fera passer un agréable moment sans prise de tête.

Aucun commentaire n'a encore été déposé

Ajouter un commentaire