Positif

Titre original : Positive
Editeur : Bragelonne
Date de parution : mercredi 18 novembre 2015
Public : Adultes
Genre : SF
Note de la rédaction :

4° de couverture

Tout le monde peut être positif ! Le signe « + » tatoué sur le bras de Finnegan fait de lui un Positif. A tout moment, le « virus-zombie » dont il est le porteur peut s'activer et le transformer en un monstre affamé. Sa seule chance d'accéder à une vie normale est de survivre aux deux années de la période d'incubation !

Notre avis

L'avis de Chani

Vingt ans après l’apocalypse zombie, Finn vit dans ce qu’il reste de New-York. Déclaré positif suite à un incident, il est exclu de la ville pour rejoindre un camp de « porteurs sains » comme lui. Mais les choses ne vont pas se dérouler si facilement.

Dans Positif, les zombies ne sont pas au centre de l’intrigue, l’auteur s’attache surtout à analyser les rapports humains dans un contexte post-apocalyptique. Ne vous attendez pas à de l’action et du gore à la Walking Dead, ce roman oscille plutôt entre road trip et quête initiatique d’un jeune homme, Finn, confronté à une réalité dont il avait été préservé jusque-là. Dans ces États-Unis dévastés, c’est la loi du plus fort qui prévaut. Le gouvernement n’a plus grand pouvoir, l’humain est devenu une marchandise comme une autre et les pillards font la loi. Finn va devoir s’endurcir et s’adapter pour survivre, apprendre de nouveaux codes sans toutefois perdre ses valeurs. Pas évident de concilier tout ça, mais l’auteur réussi à faire évoluer son personnage de manière assez crédible, même, si on peut parfois observer quelques facilités. Très différent de la série Zombie Story du même auteur, Positif se lit néanmoins avec la même facilité, la plume de David Wellington est fluide et la construction du roman en chapitres très courts donne toujours envie de poursuivre la lecture, sans perte de rythme. Davantage axé sur la vie des rescapés que sur les morts-vivants, ce roman plaira aux dévoreurs de zombies books comme à ceux qui leur préfèrent les romans survivalistes centrés sur les interactions entre les hommes.

Chani Le jeudi 28 janvier 2016 à 11:49
Oui ça fait du bien de se recentrer sur la survie des rescapés, même si la menace zombies est quand même très présente.

prada Le jeudi 28 janvier 2016 à 11:49
entièrement d'accord. J'ai également eu l'impression de lire plus un roman de survie que d'un roman "zombie". Mais ça m'a beaucoup plu néanmoins. La lecture est facile et on a droit malgré tout à quelques scénes "d'anthologie"

Ajouter un commentaire