Non les chroniqueurs et blogueurs ne sont pas obligés de lire et d’aimer vos livres !
Rédigé par : Exécutrice

Non les chroniqueurs et blogueurs ne sont pas obligés de lire et d’aimer vos livres !

Ça fait déjà quelques temps que je suis agacée de lire et d’entendre des auteurs râler parce que les vilains blogueurs ne veulent pas lire les auto-édités et/ou que les vilains blogueurs n’ont pas aimé le livre et fait une chronique volontairement méchante pour blesser l’auteur.

Cette semaine, un auteur indépendant a publié un article sur son blog pour critiquer les blogueurs. En lisant ce genre d’argumentation à charge et certains des commentaires, je me suis dit qu’une petite mise au point s’imposait.

Premièrement V&S, tout comme l’immense majorité des sites et blogs littéraires, est un site INDÉPENDANT qui ne rend de comptes à personne, qui n’est pas « à la solde » des éditeurs et des annonceurs et qui fait ce qu’il veut, quand il veut.

Nous ne sommes pas payés pour dire du bien de quelque livre que ce soit, nous ne gagnons pas d’argent du tout. Pour tout dire, avoir un site comme le nôtre nous coûte de l’argent ! Eh oui, il faut payer l’hébergement, ce n’est pas gratuit ! J’ai fait le choix de la qualité pour l’hébergement afin d’avoir de bonnes performances et ça a un prix, je paye environ 130€ par an. Lorsque nous proposons des concours qui ne sont pas en partenariat avec un éditeur, ça nous coûte au minimum les frais de port pour envoyer aux gagnants, voire l’achat ou la fabrication des lots comme ce fut le cas pour la chasse au trésor de l’Avent puisque les lots étaient faits-main par nous-mêmes.

Ensuite, quoi que les gens puissent penser, 90% des livres que nous chroniquons ont été achetés par la chroniqueuse elle-même. Nous recevons des Services Presse (SP) bien sûr, mais pas autant que ce qu’on pourrait imaginer, les livres reçus chaque mois doivent se compter sur les doigts d’une main… et nous sommes 7 dans l’équipe actuellement. Chani a elle tout seule lit plus de 200 livres par an ! Autant dire que ce n’est pas grâce aux SP que nous alimentons le site. Pour autant nous ne crachons pas dans la soupe et les SP sont les bienvenus lorsqu’on nous propose des titres qui entrent dans notre ligne éditoriale et qui nous font envie. Entendons-nous bien, lorsqu’un auteur ou un éditeur nous propose ses titres, nous choisissons ce qui nous intéresse, nous ne prenons pas tout sous prétexte qu’on nous le propose. Comme je le disais au début de ce billet, nous sommes indépendants, ce qui signifie, entre autres choses, que nous choisissons nos lectures.

Le SP n’est pas un don, ce n’est pas un cadeau. Lorsqu’on nous envoie un SP ce n’est pas pour nous faire plaisir. L’éditeur qui nous envoie le SP ne le fait pas parce qu’on est amis, il le fait car il a un budget pour la promo de ce livre et qu’il a x exemplaires pour la presse. Un SP pour un blogueur c’est de la pub pas chère. En échange de ce SP nous avons une chronique à écrire. Une chronique ça demande du temps pour la rédiger, pour que l’équipe la corrige, puis pour la mettre en ligne et la partager sur les réseaux sociaux. Ce n’est donc pas un cadeau, c’est un paiement en nature pour un travail effectué. Il y a un équilibre entre les deux protagonistes. C’est différent dans le cas d’un journaliste qui est payé par le journal pour lequel il travaille et qui a le livre en plus.

Concernant le procès « les blogueurs ne lisent pas d’auto-édité par snobisme », j’ai envie de répondre plusieurs choses. En ce qui nous concerne, car je ne peux parler que pour nous, nous ne sommes pas opposées aux auto-édités, MAIS, car oui il y a un mais, nous n’allons pas lire tout ce que les auteurs indépendants nous proposent sous prétexte qu’ils ont fait l’effort de nous envoyer un mail ! Il y a une réalité qu’il faudrait prendre en compte : nous sommes bien souvent harcelées par des gens qui ont écrit un livre, pensent qu’il est génial parce que leur maman, leur frangin et leur tata Simone ont dit que c’était génial et que si tous les éditeurs normaux l’ont refusé c’est qu’ils n’ont pas su reconnaître leur génie ! Alors, on est gentilles mais on n’a pas forcément envie de lire tous les livres refusés par les éditeurs… Sans compter que vu le nombre de déceptions qu’on peut avoir en lisant des livres édités de façon traditionnelle, qui ont donc été sélectionnés par des professionnels sur des critères de qualité et de susceptibilité de plaire, qui ont bénéficié d’un travail éditorial tel que des relectures pour les incohérences, des corrections, un travail de maquette par un pro, une couverture elle aussi faite par un pro, etc… ça ne donne pas envie de tenter des livres auto-édités qui n’ont pas eu le travail éditorial et qui ne sont passés par aucun filtre objectif ! Malgré tout, il nous arrive de donner une chance à un auteur parce que son mail était sympathique, que son pitch avait l’air intéressant, etc. Tout n’est pas tout blanc ou noir ! Parfois on tombe sur des trucs vraiment bien, parfois des choses qui auraient besoin d’être retravaillées pour être bien, et régulièrement sur des trucs infâmes !

Notre politique est donc assez simple : que vous soyez une maison d’édition ou un auteur, nous lirons votre livre si on en a envie et nous ferons une chronique honnête, qu’elle soit bonne ou mauvaise.

Autre attaque sur les blogueurs, « les blogueurs ne lisent que des livres papiers et ne veulent pas d’ebooks ». Là encore, il y a plusieurs choses à répondre.

La première est évidente : une liseuse ça coûte cher et tout le monde n’est pas équipé. Comme on ne gagne pas d’argent en bloguant, ça représente un investissement que tout le monde ne peut pas et/ou ne veut pas forcément faire. Dans notre équipe nous sommes toutes équipées car nous lisons beaucoup et qu’une liseuse c’est pratique, sauf Nesshime qui y est totalement réfractaire et ne jure que par le papier. C’est un choix personnel et il ne saurait être dicté par quelqu’un d’extérieur.

Pendant longtemps les éditeurs ne proposaient pas de SP numérique, ça commence à arriver avec certaines maisons et chaque fois qu’on nous le propose on accepte. Parce que quoi qu’on en dise, on ne prend pas les SP pour les revendre après et se faire de la thune ! Je ne dis pas que personne ne le fait, chacun est bien libre de le faire, mais personnellement je n’ai jamais revendu un SP, je n’ai jamais revendu un seul livre d’ailleurs. Les SP numériques ont l’avantage de ne pas prendre de place dans nos bibliothèques et ça nous fait économiser des frais de port lorsque je les dispatche aux membres de l’équipe. Le numérique c’est gagnant/gagnant si on est équipé en liseuse. En revanche si on n’est pas équipé je comprends très bien qu’on puisse les refuser.

Pour conclure ce long billet, s’il y a une chose à retenir de tout ce que j’ai voulu dire ici, c’est que les blogueurs sont des passionnés qui fournissent un travail bénévole et qui font ça avant tout pour eux-mêmes. On ne peut pas demander à un blogueur la même chose qu’à un employé ! V&S existe depuis bientôt 10 ans et même si on a et on a eu des partenaires éditeurs qui nous ont fourni un certain nombre de SP dans le temps, ce n’est pas grâce à ces SP que le site est rempli, ce n’est pas grâce aux partenariats que le site existe et avec ou sans les maisons d’édition, avec ou sans les auteurs, nous continuerons à chroniquer les livres que nous voulons et de dire ce que nous en pensons en tout honnêteté.

Enfin, il y une seule chose qui devrait exister dans les rapport blogueurs/éditeurs/auteurs et cette chose c’est le respect.

À bon entendeur… 

Nesseldë Le lundi 18 janvier 2016 à 10:25
C'est très juste même si je ne reçois pas de SP je ne me sens concerné par l'article, quand a Chani 200 livres par an... quelle chance!!!!

sylvain desvaux Le lundi 18 janvier 2016 à 10:25
Beurk, désolé pour le pavé, apparemment ma mise en page est passée à l'as...

sylvain desvaux Le lundi 18 janvier 2016 à 10:25
J'avoue que la poémique autour des deux articles cités me paraît un peu trop importante pour ce qu'elle est réellement, un feu de paille. En tant qu'auteur auto-édité puis édité de façon régulière, je considère les blogueurs comme des lecteurs un peu privilégiés capables de rendre un avis plus ou moins objectif (mais il y a également les bons et les mauvais dans ce milieu, tout comme il existe de bons et de mauvais auteurs). Je ne perds pas de vue qu'ils peuvent rendre un avis négatif, je m'assure donc d'abord que l'oeuvre que je leur envoie sera dans la liste de ce qu'ils aiment lire. J'ai reçu en retour des dizaines de chroniques chaleureuses, souvent très positives, bref, récompensant mon travail en tant qu'auteur. Les deux seules critiques réellement négatives que j'ai reçues viennent d'un éditeur avec qui je venais de me brouiller pour des raisons de "divergence artistique" on va dire et dont la réaction a été de cracher sur mon travail, et d'une blogueuse qui a admis ne pas être rentrée dans mon histoire. Pour l'éditeur, j'ai laissé filer, j'ai pris sur moi, je me suis cogné une déprime et puis je me suis dit "hey coco, tu as récupéré tes textes, tes droits, tu as défendu ton point de vue, et alors seulement le même type qui ne se souciait pas de répondre quand tu l'interrogeais a jugé utile de te descendre en flammes. Ce ne serait pas juste une réaction épidermique de sa part, un désir de blesser ton ego qui prouve surtout que c'est un connard" ? Il est vrai que ce milieu en compte quelques-uns. Vu qu'un de ces deux textes a retrouvé preneur et se trouve sur le point d'être publié, ma réponse est toute trouvée... La seconde critique négative venait d'une blogueuse, vous pouvez la consulter ici, ainsi que ma réponse : https://jetulis.wordpress.com/2014/07/20/la-redemption-de-tessa-sylvain-desvaux/ Bon, elle n'a pas aimé, mais c'est son droit. Du coup ben je lui ai mis un petit mot de remerciement, car pour ma part, je trouve ça bien que quelqu'un se force à lire un texte qu'il n'aime pas. Et si à côté de ça, la majorité des critiques qu'a reçu ce texte étaient extrêmement positives, cela ne signifie pas qu'elle avait tort, cela signifie seulement qu'on ne peut pas plaire à tous ses lecteurs. Pour ma part, je pense qu'un auteur doit toujours se soucier du respect de son lecteur. Quand on écrit pour soi-même, aucun problème, on fait ce qu'on veut. Mais quand on se confronte au monde littéraire, on ne peut espérer être encensé de façon unanime. On trouve des détracteurs de Tolkien, de Koontz, de King, de Balzac... Peut-être même des détracteurs de Hugo, allez savoir. Un auteur qui se laisserait influencer par ses lecteurs ne ferait de toute façon rien de bon. Eux lisent, lui écrit. En revanche, les avis lecteurs sont toujours utiles pour déterminer ce qui a plu ou déplu, et si 90% des personnes te disent "ah ça t'aurais pas dû, ça me plaît pas", ce n'est peut-être pas parce qu'ils sont trop stupides pour comprendre... C'est peut-être simplement parce qu'en tant qu'auteur, et donc créateur, vous vous êtes planté... Garder l'esprit ouvert face aux débats, savoir encaisser des remarques parfois blessantes mais parfois vraies sur son travail, peser chaque concession, et prendre chaque critique positive comme un cadeau, voilà ce dont devrait être capable tout auteur qui se respecte. Mais sur ce terrain, tous ne se valent pas, et après 7 années à baigner dans ce milieu, je commence à avoir mon lot d'anecdotes sur le sujet... Pour moi nous avons d'un côté une blogueuse-auteure qui a exprimé un choix de lectrice. Rien qui soit supposer révolutionner ou faire trembler le milieu sur ses bases. ce qu'elle dit dans son article est d'ailleurs tout à fait vrai, j'ai rencontré certains auteurs calqués sur les schémas qu'elle évoque. Et je comprends qu'un lecteur en aie marre de se cogner des textes franchement pas réussis mais présentés comme le renouveau d'un genre ou ce genre de foutaises... Et de l'autre, un auteur qui mène une guerre perso qu'il n'a que peu de chances de gagner. Il existe de mauvais blogs littéraires, il existe des blogueurs qui font dans la complaisance ou dans le mensonge éhonté, j'en ai croisé. Mais dans ce cas, le plus simple est de les repérer et de ne rien leur envoyer. C'est plus simple à gérer que de se mettre la communauté littéraire à dos, ce qui peut signifier la mort publique de l'écrivain...

Rêves et Imagines Le lundi 18 janvier 2016 à 10:25
Merci beaucoup pour cette belle mise au point qui, je l'espère, sera entendu par les détracteurs !!
Exécutrice Le lundi 18 janvier 2016 à 10:25
Je l'espère aussi. Si tout le monde pouvait vivre en toute amitié, ce serait tellement plus agréable.

Le cercle de livre Le dimanche 17 janvier 2016 à 10:25
Bravo, joliment écrit! et tu as raison, on est pas obligé de tout lire, ou de tout aimé. et bien souvent oui, les blogueurs achètent leur livres (c'est mon cas), parce que oui, faut pas rêver les SP c'est pas tout le monde qui en a. et tout le monde n'est pas équipé pour le numérique, mais c'est vrai que ça peut être pratique quand on se déplace (ça fait moins lourd dans le sac lol) et certaines maisons au contraire, ne propose que du numérique. il y a de tout et pour tous les goûts. et moi je remercie ceux qui donnent un avis honnête. c'est mieux pour choisir un roman, ou surtout quand j’hésite pour en acheter un. et je suis pareil, si je lis un livre, même un SP ou un contact d'auteur, je dis ce que j'en pense. et je n'aime pas me sentir forcé de donner un avis positif (surtout si je n'ai pas aimé) Merci beaucoup pour le boulot que vous faites! continuez! :) même si ma wish-list et ma Pal vous maudit quelque peu! :)
Exécutrice Le dimanche 17 janvier 2016 à 10:25
Merci beaucoup de nous lire et de nous faire confiance pour tes lectures ;) Hélas certains auteurs pensent que s'ils nous donnent un SP on fera forcément une bonne critique... Le pire c'est quand tu te fais pourrir pour avoir faire une critique négative.
Le cercle de livre Le dimanche 17 janvier 2016 à 10:25
j'ai pas encore connu ça, car je ne fais que très peu de SP (ça m'est arrivé mais j'ai pas trop le temps maintenant) mais j'ai le cas d'un auteur auto-édité justement, qui m'a demandé de lire ma chronique avant que je la publie, car si elle est mauvaise... cet auteur ne veut pas qu'elle soit en ligne. ce que je peux comprends, mais c'est un risque a prendre. mais comme je lui ai dis, je ne publierai pas si il ne veut pas, mais je ne ferais pas une bonne si je n'aime pas! et j'admet ne pas avoir trop apprécié. mais j'ai promis de le lire donc je le ferais... des que j'aurais du temps. ce qui n'est pas le cas! :) merci encore et bon courage.

Grenadine Le dimanche 17 janvier 2016 à 10:25
Bravo!!! Je n'aurai pas dit mieux!!! Merci de mettre un point final à une polémique qui n'a pas lieu d'être... N'oublions pas que le travail que nous fournissons pour lire et faire la chronique d'un livre se fait sur NOTRE temps perso donc il est normal que rien ne nous soit imposé !!!
Exécutrice Le dimanche 17 janvier 2016 à 10:25
Merci Grenadine ! Si encore on était des pro et qu'on était payé pour faire ça, je pourrais comprendre la critique. Sauf que comme tu le dis on le fait sur notre temps perso et avec un mari, 2 enfants, un boulot et des activités, mon temps est précieux pour moi ;)

Anastasia33 Le dimanche 17 janvier 2016 à 10:25
Encore et toujours, je vous remercie pour tout ce travail que vous effectuez,en plus de vos vies professionnelles et personnelles, afin de nous permettre de découvrir de nouveaux livres, séries, films mais aussi auteurs et illustrateurs. :D Vous augmentez considérablement ma Wish-List au grand désarroi de mon portefeuille, mais pour le bonheur des éditeurs... ^^ Restez objectives, c'est pour ça qu'on vous lit et soyons honnêtes : que l'on vous aime ! :*
Exécutrice Le dimanche 17 janvier 2016 à 10:25
Notre intégrité et notre honnêteté est ce qu'on a de plus cher. Et si on continue après 10 ans c'est parce qu'on a parfois des commentaires comme le tien ;)

Ajouter un commentaire